Free passes for InterRail ?


Vincent Delhomme, 14 October 2016

Violeta Bulc, the Commissioner for Transport, recently told the European Parliament[1] that she was ready to carry through an old idea of offering free InterRail tickets to all young adults turning eighteen, sparking a wave of enthusiasm among MEPs and Brussels officials. These tickets enable their holders to travel by train freely through Europe for a certain number of weeks and has quickly become a masterpiece of the young European tool-kit. The aim of such a measure is clear: enhancing youth mobility and fostering the European feeling among new generations. However, if on the face of it, the plan may sound appealing, it is neither a legitimate policy instrument, nor an efficient way of fighting Euroscepticism and increasing mobility.

First and foremost, this idea will be costly, tremendously costly. Estimates vary from 1,5 to 3 billion euros, between 1 and 2 % of the EU budget, at a time where this budget is precisely subject to fierce negotiations and is put under stronger pressure due to the financial impact of Brexit. Which program is going to be trimmed in order to pay for this generous plan? Which other source of financing is available? These remain open questions.

It is not to say that building a European sense of belonging is not worth a couple of billions. It undoubtedly does. But it is doubtful that offering InterRail passes is the best way of reviving the love for the EU among youngsters. Frequent trips throughout Europe are already a reality for many young Europeans thanks to InterRail and low-cost carrier flights. Alternatively, this money would be better employed to fund the Erasmus programme whose financing has been put under threat for the last years and which still remains inaccessible for many students. This money could also be provisioned for the programme of an apprenticeship Erasmus, put forward by the French MEP Jean Arthuis[2].

This idea is also problematic on a political point of view. Is it really the role of a government to offer free journeys with taxpayer’s money? And even if it were, is it the role of the European Union? If something needs to be done to help the least well-off to discover their continent, it seems that national governments are perfectly capable, and better suited, to conduct such a policy. At a time where resentment for the Union is at a record high, when it is regarded as an out of touch and wasteful institution, it is not the moment to make its detractors right.

Moreover, the EU has better tools at its disposal to make travelling easier and cheaper for all European citizens. It could carry on with the opening of the European rail network to competition, especially international lines, currently in limbo. If the EU seeks to increase mobility as a whole, it should continue to break down barriers on the continent, a task it has been very good at for the last decades.

Simply put, this plan is demagogic and clientelistic. It is just wrong to buy the love and support of the voters with gifts. It is ridiculous to expect to get the respect of young people by offering them a trip to explore the night-clubs of Budapest and Berlin. Youngsters are perfectly capable of rationally understanding why the EU is so important in their lives and for their future. The EU is an extraordinary journey that has done more than any other institution to connect the European peoples, and this is precisely why it should give up this idea that undermines its credibility and will do nothing to improve it.



Vincent Delhomme is currently a student of the College of Europe, Legal Studies Department.

European regulatory perspectives: Less is more!

Maxime Bablon, 9 September 2016

Post originally published on SAB


Jonathan Hill, former European Commissioner, took stock of his achievements on July 12, during a speech at the Bruegel Institute. He drew up the work carried out during his mandate as Commissioner for Financial Stability, Financial Services, and Capital Markets (FISMA) and detailed upcoming challenges for the institution.

Strong supporter of ‘smart regulation’ taking into account the financial sector’s specificities, the former Commissioner stressed the possibilities to enhance the regulation by stepping back and to harmonize the multiple texts issued in recent years.

Here are five key take-home messages from his speech, providing a good overview of ongoing challenges regarding EU financial regulations:

  • Growth and risk dilemma: In holding that ‘without risk there is no growth’, the British has put a cat among the pigeons. Main target: the aggregation of individual risk aversion which may cause a market risk and impact negatively the financial stability as a whole. This argument correlates with the analysis carried out by a consulting firm, estimating the decrease of the net banking income from -1.64% to -1.93%[1] for major banks subject to the Tax on Systemic Risk over the next decade. For the Commission, the decrease of the European growth domestic product (GDP) shall reach around -0.15% for each percentage points increase of the common capital ratios (CET1). Negative impact should remain cyclical and be cleared after 2019[2].
  • Keep it simple to rule: For the former Commissioner, the current regulation is so complicated that only a handful of lawyers and compliance officers can fully understand it. This constitutes a strong challenge for the long-term sustainability of the banking union. The lack of clarity in textual reference feeds the reluctances of national compliance officers in charge of the implementation of these regulations (for example financial reporting (FINREP) refers to a whole variety of texts to fill out the templates, some of which go back as far as 1978[3]).
  • Streamline and create synergies: Several regulations can conflict in their scopes and objectives. For instance, the leverage ratio has increased the cost of clearing, in contradiction with European Market Infrastructure Regulation (EMIR) requirements which aims to… increase the number of transactions going through central counterparty clearing houses (CCPs)! On these points, Jonathan Hill called for capitalizing on direct consultations to avoid crossfire between regulations and seize the opportunity to review existing regulations. For further flexibility, he also proposed to exempt certain players from clearing obligations (non-financial counterparties, pension funds and some small non-systemic financial companies, etc.).
  • Differentiation and proportionality principles: It occurs that enforced regulations do not take sufficiently into account the diversity of players, whether in terms of business model, risk profile and entity size. The capital requirement regulation review should focus on this point, especially regarding prudential requirements. The former Commissioner has mentioned the standard approach taken to define the credit risk and the margin for systemic risk. He implied that these factors impact negatively on the competitive advantage of small and medium banks. The simplification of the capital requirement calculation or the introduction of a specific exemption for smaller players – such as the credit unions – could be carried out to better take into account each actor’s specific characteristics.
  • Reduce the reporting burden: In accordance with the consultation carried out last year by DG FISMA, several entities have complained about information overlapping between the reports displayed (ex. EMIR, Markets in Financial Instruments Directive II (MIFID II) and the Securities Financing Transactions Regulation). For instance, Jonathan Hill mentioned the possibility to review EMIR to “avoid ‘dual reporting’ obligation, at least for non-financial firms”. Moreover, if the Commissioner welcomes the increase of data exchange between the national and European regulator, he wonders if “it [data exchanged] is all essential”. This quote also reflects the need to clarify tasks between the multiple regulatory layers (National authority, European Central Bank (ECB), European Banking Authority (EBA) etc.).

In the wake of the crisis, the banking union was set up within a very short time. It permitted to harmonize the prudential and resolution standards over a set of heterogonous countries, which was anything but easy. Given that the framework is now defined, regulators can start focusing on quality, in particular, by taking into account feedbacks given by financial services’ professionals (inter-text synergy, proportionality, optimization of the reporting scope, subsidiarity principle, etc.).

Valdis Dombrovskis (the new Vice-President of DG FISMA) has declared his will to pursue the work building upon the guidelines set up by his predecessor. However, other challenges are looming ahead, in particular the complex issues of the European deposit insurance scheme or the implementation of the capital markets union. Eventually, the main recommendation granted by the former Commissioner is to regulate less but better.

To go further:

[1] Banks reviewed are BNPP, CASA, SG and BPCE (see here)

[2] Capital Requirements – CRD IV/CRR – Frequently Asked Questions (see here)

[3] This is the case in particular with 4th council directive (78/660/CEE)



Maxime Bablon – Marie Sklodowska-Curie promotion (2012) – works as bank regulatory compliance consultant between Paris and the Maghreb in a French FinTech (Sab IT).

A la source de la radicalisation: comprendre les causes, imaginer des solutions

Tommaso Emiliani, 1 September 2016

Post originally published on ForYouth.


Students from the Chopin Promotion at the College of Europe taking part to the project “EUnited against Extremism”

Un concept qui échappe une définition univoque. L’Europe contemporaine vit quotidiennement l’échec de ses services de sécurité et d’intelligence vis-à-vis de l’élaboration d’une stratégie efficace de prévention des attentats. Une des raisons principales reste dans la difficulté de définir le processus de radicalisation des aspirants terroristes et d’identifier les conditions et les sujets aptes à faciliter la réussite de ce processus. Cela s’explique par le fait que la radicalisation ne se suffit pas à elle-même, mais existe selon un contexte déterminé par des facteurs sociaux, politiques et économiques.
Dans le cadre de l’Europe, le radicalisme actuel peut être mieux décrit comme un développement progressif de croyances extrêmes et d’idéologies qui remettent en question les valeurs et le régime politique au nom de l’islam politique. Si à cet aspect plutôt théorique s’ajoute une composante pratique – ce qu’on appelle « extrémisme » – le chemin vers l’acte criminel est marqué.

Push factors et pull factors. Dans la différence de cas particuliers, le trait commun à l’origine de la radicalisation semble être une prédisposition des individus aux sentiments de frustration par rapports à leur vie, à la société qui les entoure ou au système politique qui les incube. Les mouvements extrémistes sont capables d’intercepter ce mécontentement et d’offrir, selon le besoin, un « sens » et une « mission » aux jeunes désorientés; une réaction à l’ « injustice » vécue ou aperçue; un sentiment d’appartenance aux membres de communautés désormais atomisées.
L’impossibilité de dresser un profil unique de l’« extrémiste potentiel » et l’incapacité de cerner les motifs individuels au cœur de la quête radicale sont justement à la base de l’inefficacité de la réponse portée par les autorités européennes.

Des facteurs de risque différents pour des profils personnels variés. L’action de persuasion des mouvements extrémistes vise un public vaste et mélangé. Les jeunes à la recherche d’un sens existentiel trouve dans l’extrémisme violent cette dimension utopique – plutôt eschatologique que religieuse – qui manque à leur vie. C’est le « grande récit » dont parle O. Roy, qui offre une lecture simplifiée et manichéenne de la réalité. Ainsi s’explique le changement soudain opéré par la radicalisation sur des sujets occidentalisés et peu croyants auparavant, qui se transforment en prédicateurs de l’Apocalypse en très peu de temps.
Sur un autre front, plusieurs jeunes cultivés, issus de familles relativement aisées et bourgeoises, sont motivés par le désir de redresser les « injustices » de la société contemporaine. Que ce soit l’oppression de l’héritage colonial en Afrique et Moyen-Orient, l’« impérialisme » américain en Afghanistan et en Irak ou la situation de la Palestine actuelle, ces injustices provoquent un élan de révolte radicale que seul les mouvements extrémistes semblent comprendre et apaiser.
Enfin, un autre segment social constituant le squelette des groupes terroristes est représenté par des individus marginalisés à l’intérieur de leur communautés et qui cherchent un point de repère dans la « camaraderie héroïque » typique des bandes vouées à l’(auto)destruction. Ces jeunes, qui agissent souvent sans l’appui ou la connaissance de leurs familles et groupes d’amis, sont très loin de ce que l’approche culturaliste de certains média définit comme « exemples de la population musulmane radicalisée ». Bien au contraire, il s’agit de sujets qui – n’étant pas intégrés dans le réseau des mosquées et dans les pratiques sociales communautaires – choisissent de s’échapper de la société pour essayer de la détruire et prendre ainsi leur revanche.

Raffiner l’étude de la radicalisation: fondamentalisme ≠ djihadisme. Toute stratégie de prévention de menaces terroristes de la part des autorités publiques doit tenir compte de la différence existante entre le salafisme doctrinal et l’action politique terroriste de soi-disant djihadistes.
Le fondamentalisme enseigné par certains imams érudits, qui prévoit une approche littéraliste à la lecture du Qu’ran et une stricte observance des mœurs et rituels traditionnels, exprime sans doute une vision anti-moderne et ultraconservatrice de la société. Cependant, très rarement ce courant religieux trouve une débouchée politique dans l’action radicale violente. En effet, la pratique de l’exposition à la mort, les attaques médiatisées et les techniques employées par les extrémistes sont eux même des éléments trop modernistes pour le fondamentalisme. En outre, le salafisme requiert une connaissance et une maîtrise du texte sacré qui requiert des années d’étude, et qui s’adapte mal aux profils des jeunes occidentales radicalisés décrits plus haut.
Le djihadisme, par contre, travaille sur le plan de l’action. Charmés par la dimension totalisante de l’aventure radicale, les jeunes « moudjahidins » ne passent pas par l’étude approfondie du Qu’ran – souvent ils parlent très peu d’arabe – et se dédient plutôt à la « lutte ». C’est le cas de tant de jeunes combattant parmi les troupes de DAESH en ce moment : ils font la guerre à leurs « ennemis », s’occupant très peu des questions religieuses, et se mêlant encore moins au contexte de la société civile locale. Si le fondamentalisme procède par « endoctrinement », le djihadisme travaille par « embrigadement ».
Cependant, il serait naïf de ne pas reconnaître un lien entre le deux phénomènes. En effet, lorsque les jeunes radicalisés se vouent au djihadisme, un certain degré de fondamentalisme apparaît – et cela complique ultérieurement la situation et rend le travail de prévention et réaction encore plus difficile.

Des recommandations stratégiques. Le ton martial récemment assumé par le président français Hollande et nombre de ses collègues reflet le choix européen en faveur d’une politique contre-terroriste strictement sécuritaire. Le risque reste en la
mise en scène d’une guerre des identités, dans laquelle l’islam est censé être l’ennemi antisocial. C’est-à-dire que l’on provoque ce que DAESH attend: que l’Europe s’en prenne à l’islam afin de sortir le djihadisme du cercle restreint des individus actuellement concernés.
L’incapacité de distinguer entre fondamentalisme et djihadisme mène à l’insistance sur la nécessité de surveiller (ou même fermer) les mosquées. Mais comme l’on voit souvent, les groupes extrémistes recrutent en dehors des mosquées et sur internet. S’en prendre aux mosquées, c’est aussi méconnaître les dynamiques locales de surveillance qui existent entre les celles-ci et les autorités publiques locales.
D’autre côté, attribuer une importance excessive à l’ « asocialité » et au « nihilisme » des djihadistes, comme le fait Roy, implique une déresponsabilisation des gouvernements européens par rapport à l’échec de leurs stratégies d’intégration sociale qui ne joue pas en faveur d’une approche préventive et efficace à la menace terroriste.

Certaines actions doivent être mise en place au plus vite possible. Premièrement, dans nos sociétés, l’islam n’est pas suffisamment encore un objet de savoir. A présent, il est enseigné dans les manuels scolaires comme un objet de croyance, notamment à travers des mythes fondateurs, mais il n’est pas expliqué ni aux croyants ni aux non croyants. Cela n’alimente pas simplement le fondamentalisme islamiste, mais également les préjudices occidentaux qui renforce l’attrait de l’offre djihadiste. Deuxièmement, la réponse sécuritaire doit s’accompagner de moyens et d’actions sur le long terme dans des secteurs clefs comme l’éducation civique, l’emploi, l’enseignement et la cohésion sociale. Le chemin pour faire face à la radicalisation est long et difficile, et l’Europe a sans doute un rôle à jouer.

Burgat, François, Réponse à Olivier Roy : les non-dits de « l’islamisation de la radicalité », Nouvel Observateur, a-olivier-roy-les-non-dits-lislamisation-radicalite-262320
Deroubaix, Christophe, Raphaël Liogier : « Le risque est de provoquer ce que l’on veut éviter », L’Humanité, provoquer-ce-que-lon-veut-eviter-590011
Lamlili Nadia, Rachid Benzine: « Pour faire face à Daesh, il est temps de nettoyer l’imaginaire islamique »,  Jeune Afrique, de-nettoyer-limaginaire-islamique/
Puwels, Lieven et Fabienne Brion (coord.), « Comprendre et expliquer le rôle des nouveaux médias sociaux dans la formation de l’extrémisme violent », Etudé commissioné par la Police Belege Fédéral (BESPO), 2013
Roy, Olivier: « Le djihadisme est une révolte générationnelle et nihiliste », Le Monde, revolte-generationnelle-et-nihiliste_4815992_3232.html#RcSp4GwHwRUJKmOL.99
Torrekens, Corinne, Comprendre le basculement dans la violence jihadiste, La Revue Nouvelle, violence-2835

Tommaso Emiliani is Academic Assistant in the Department of EU International Relations and Diplomacy Studies at the College of Europe, Bruges. He is an alumnus from the Falcone&Borsellino Promotion, Natolin.

Shedding light on the first EU-wide legislation on cybersecurity

blog 1

Alejandro Sanchez Garcia and Andrea Barona Valladolid, 5 August 2016

More and more business value and personal information is migrating into digital form on worldwide interconnected platforms. This brings an equally large risk of cyberattacks. You just need to go back to October 2015 when the telecom group TalkTalk suffered from a cyberattack that cost the company over €41 m. Nearly 157,000 of its customers’ personal details were accessed and 28,000 stolen credit and debit cards were “obscured”. The cyberattack caused TalkTalk shares to loose one third of their value. Conscious of the real cost of cybercrime, in July 6 2016 the European Parliament adopted the Network and Information Security Directive (Directive (EU) 2016/1148) (the “NIS Directive”), which will enter into force on 8 August 2016. EU member states have until 10 May 2018 to adopt national measures to transpose the requirements of the Directive.

The NIS Directive responds to the threat posed by cyberattacks against critical infrastructure and the need to strengthen Europe’s cyber resilience. It has a significant impact on businesses supplying essential services and operating critical infrastructure in the field of energy, transport, banking, health or digital services. In addition, at member state level, it will require the adoption of domestic structures and cooperation mechanisms. Faced with a Directive with implications for both public bodies and businesses, it is essential to understand the key aspects and controversies around it.

Five key features

  1. National frameworks: The Directive requires national strategies that allow for concrete policy and regulatory measures to safeguard a minimum level of network and information security. This will imply the designation of a national competent authority responsible for managing incidents and risks.
  2. Cooperation networks: The European Commission, member states and the European Network and Information Security Agency will establish a cooperation group with the objective of collaborating to counter cybersecurity threats.
  3. Notification requirements: Operators of essential services have to put in place procedures to assess the significance of network and information security incidents. An operator of essential services is not required to notify other parties. However, a national competent authority may decide to inform the public.
  4. Use of standards: To encourage convergent implementation, member states must use European or internationally accepted standards relevant to the security of networks and information systems. Such standards have not been expressly defined in the NIS Directive.
  5. Enforcement: Competent authorities at a national level are given the license to investigate cases of non-compliance. They may report criminal incidents to law enforcement agencies and collaborate with data protection authorities when incidents involve personal data.

Potential legal vacuum

There are two aspects that remain ambiguous and could potentially lead to a situation of legal uncertainty. One is the system of penalties (Article 21), as the Directive simply requires member states to put in place “effective, proportionate and dissuasive” sanctions. It remains to be seen what sanction regime member states develop before the deadline of 8 May 2018.

The other delicate issue concerns the mechanism of incident notification (Article 14.3 and 5, and Article 16.3 and 6). The directive falls silent on the terms for the public disclosure of an incident. Publishing this information could have a great impact on the company’s economic and corporate reputation.

Three years after its initial proposal, we should acknowledge and acclaim the joint institutional effort to create a more secure and trusted online environment in. However, it is notable that the NIS Directive is a minimum harmonisation instrument. This means all eyes will now focus on member state’s ability to make this Directive a reality at national level.


Alejandro Sánchez García, Senior Director, FTI Strategic Consulting, Brussels. Simon Stevin Promotion.

Andrea Barona Valladolid, Consultant, FTI Strategic Consulting, Brussels. Vaclav Havel Promotion.


Hier le Brexit, et demain quelle Europe? Des capacités opérationnelles propres pour une Union efficace et responsable

Damien Gerard, 11 July 2016

Depuis dix jours, de nombreux commentaires spéculent sur les causes du souhait exprimé par la majorité des citoyens britanniques de quitter l’Union. Ce serait notamment la faute aux imprécisions récurrentes véhiculées par la presse d’outre-Manche, voire à une désinformation à grande échelle organisée par le camp du « Leave ». C’est sans doute en partie le cas, comme il est également évident que la relation du Royaume-Uni au projet d’intégration européenne est historiquement différente de celle des Etats d’Europe continentale. Néanmoins, on a du mal à croire que le résultat du référendum aurait été le même si l’Union européenne était réellement un modèle d’efficacité dans la gestion des grands défis de notre temps. Le citoyen européen, au Royaume-Uni ou ailleurs, aurait-il tort d’être fatigué de l’état de crise permanent dans lequel semble plongée l’Union depuis des années ? Est-il tellement insensé que certains considèrent l’Union comme un facteur d’instabilité avant d’être un projet porteur d’espoir ? Les causes du Brexit ne seraient-elles pas à chercher aussi dans un manque d’efficacité des politiques européennes ?

Le manque d’efficacité de l’UE : cause du Brexit et conséquence de choix inspirés par le Royaume-Uni ?

Et si le Brexit était en fait le résultat d’une désinformation permettant de camoufler le fait que l’inefficacité apparente de l’Union européenne est aussi la conséquence d’orientations données par le Royaume-Uni au fonctionnement interne de l’Union ? Shocking ? Pour le juriste européen, il est tout de même interpellant que l’image du fonctionnement de l’Union européenne véhiculée par les principaux acteurs du Brexit se soit révélée à ce point anachronique et en décalage avec la réalité des faits, qu’il s’agisse de David Cameron appelant l’Union à cesser d’agir avec la rigidité d’un bloc mais davantage avec la souplesse d’un réseau ou de Boris Johnson réclamant plus de coopération entre Etats et moins de contenu supranational. En effet, cela fait presque vingt ans que l’Union européenne fonctionne précisément sur le principe d’une coopération entre Etats et par le biais de réseaux d’autorités nationales. De la même façon, l’Union produit beaucoup moins de contenu supranational depuis vingt ans, préférant recourir à des modes de convergence souples résultant d’un partage d’expériences entre les Etats membres. En d’autres termes, les lois européennes adoptées par le Parlement européen et/ou le Conseil traduisent déjà depuis de nombreuses années l’idéal prôné par les deux figures de proue du référendum britannique.

Curieux ? Le doute grandit lorsque l’on se rappelle que cette évolution dans le mode de fonctionnement de l’Union visant à donner la priorité à la coopération entre Etats membres résulte aussi d’impulsions données par le Royaume-Uni, par exemple dans le domaine de la lutte contre la criminalité transfrontalière. L’incrédulité augmente lorsque l’on se rend compte que la coopération entre autorités nationales comporte des avantages en termes d’apprentissage mutuel (outre qu’elle constitue parfois la seule voie possible) mais présente également des défauts en termes d’efficacité et participe de l’incapacité de l’Union européenne à faire face efficacement aux crises de ces dernières années, hier en matière financière et aujourd’hui en matière d’immigration et de terrorisme. La consternation guette lorsque l’on considère que cette incapacité contribue à mettre en doute aux yeux des citoyens la valeur ajoutée de l’Union en tant que niveau de pouvoir autonome et alimente la tentation d’un repli sur soi, susceptible d’effacer les acquis de 65 ans de projet européen commun.

Est-il vraiment imaginable qu’après avoir contribué de tout son poids à mettre en place le marché unique, le Royaume-Uni ait pu entraîner l’Union toute entière dans un cercle vicieux fait de déférence pour le niveau national, d’inefficacité des politiques européennes et de perte de légitimité ? A son tour, le Brexit permettrait-il la fuite d’un Etat membre qui a contribué à créer la situation complexe et contestée dans laquelle se trouve l’Union européenne aujourd’hui, à l’image du spectacle que donnent les responsables politiques britanniques depuis qu’est tombé le résultat du référendum ? Si la peur est mauvaise conseillère, la paranoïa l’est d’autant plus. Assurément, ces questions appellent des réponses nuancées mais se les poser permet d’ébaucher d’intéressantes pistes d’avenir pour l’Union européenne de demain.

L’Europe de demain : répondre aux attentes des citoyens en investissant dans l’efficacité ?

Pour commencer, l’Union européenne est solide : organisation internationale unique en son genre, son fonctionnement fait preuve d’une stabilité remarquable. Créée et régie par des traités conclus entre Etats souverains, l’Union jouit d’une autonomie sans précédent en raison de sa capacité à adopter elle-même des normes visant à mettre en œuvre les compétences qui lui ont été attribuées, à interpréter ces normes et à juger de leur validité. Au fil du temps, les systèmes juridiques nationaux se sont accommodés de l’existence et des exigences de cette organisation autonome, au point que les règles régissant les interactions entre droit national et droit européen ont aujourd’hui atteint un seuil de maturité étonnant, empreint de respect et de confiance mutuelle. On en a encore eu la preuve récemment lorsque la Cour constitutionnelle allemande a admis le recours par la Banque centrale européenne aux opérations monétaires sur titres afin de stabiliser l’euro, pour peu qu’il s’effectue en conformité avec les limites fixées par la Cour de justice de l’Union européenne.

Malgré sa grande autonomie, l’Union européenne demeure néanmoins dépendante des Etats  membres quand il s’agit d’appliquer les normes qu’elle édicte. En d’autres termes, l’Union ne dispose pas de capacités d’action propres de nature à assurer directement l’application efficace des règles qu’elle adopte. Le contrôle des règles de concurrence entre entreprises a historiquement constitué la seule exception à ce principe. Depuis quelques mois, cependant, la Banque centrale européenne dispose également du pouvoir de contrôler directement les institutions de crédit les plus importantes de la zone euro, en collaboration avec les autorités nationales de surveillance mais avec un pouvoir de décision autonome, dans le cadre de ce que l’on appelle l’Union bancaire. La mise en place de cette Union bancaire constitue une avancée remarquable dans le processus d’intégration européenne. En effet, elle se fonde sur la reconnaissance de la nécessité de doter l’Union européenne d’une capacité d’action autonome, au-delà de la simple coordination de l’action d’autorités nationales, afin d’effectuer un contrôle efficace et cohérent des banques et donc d’assurer la stabilité financière de la zone euro. Il aura fallu une crise monétaire sans précédent pour se rendre compte que la seule coopération bilatérale ou multilatérale entre autorités nationales, même sur la base d’un cadre de règles communes, était insuffisante pour atteindre cet objectif.

Au lendemain du Brexit, la réforme de l’Union européenne en vue de regagner la confiance des citoyens passe notamment par le développement de capacités opérationnelles propres à l’Union, en partenariat avec les autorités nationales mais avec de réelles capacités d’intervention, à l’image de ce qui a été réalisé dans le cadre de l’Union bancaire et de ce qui existe en matière de concurrence. Une telle réforme dispose d’un énorme potentiel de renforcement de l’efficacité de l’Union européenne, sans transfert significatif de compétences nouvelles, sans redistribution directe de ressources entre Etats membres, sans transformation institutionnelle majeure, sans modification importante des traités susceptible de donner lieu à davantage d’instabilité. La récente proposition de la Commission européenne de créer un corps européen de gardes-frontières et de garde-côtes constitue un pas important dans cette direction, alors que la crise migratoire que nous vivons a déjà coûté la vie de plus de dix mille personnes depuis 2014 (données HCR). En matière de lutte contre la criminalité transfrontalière et le terrorisme, un renforcement des capacités opérationnelles d’Europol et d’Eurojust s’avère également urgent afin de résorber le décalage entre la libre circulation des personnes et le cloisonnement territorial des systèmes nationaux de police et de justice pénale, et d’aboutir à une coordination efficace entre les Etats membres dont l’actualité récente a malheureusement démontré les lacunes. Dans ce domaine, il s’agirait d’aboutir à la mise en place d’un véritable « European Bureau of Investigation » encadré par des procureurs européens (pouvant être en même temps des procureurs nationaux), capable de coordonner efficacement les services compétents des Etats membres mais disposant également des pouvoirs et des moyens nécessaires afin de mener des actions sur le terrain.


Les mois qui viennent nous diront si le Brexit deviendra une réalité. Ce qui est de plus en plus évident, cependant, c’est que l’intégration européenne par la seule coopération entre Etats membres sans une réelle capacité d’action au niveau européen, a démontré ses limites. Face à ce constat, il convient de confronter la réalité et d’ajuster la stratégie, sans se laisser aller à une surenchère perdue d’avance contre les nationalistes de tout poil. Un des enjeux majeurs de l’Europe de demain est de répondre efficacement aux attentes légitimes des citoyens ; pour ce faire, n’est-il pas temps de permettre à l’Union européenne de prendre ses responsabilités en la dotant de capacités opérationnelles propres ? Parce que nous n’avons pas nécessairement besoin de plus d’Europe mais de mieux d’Europe.


Damien Gerard est Directeur du Global Competition Law Center du Collège d’Europe et enseigne le droit européen à l’Université de Louvain (UCL, Belgique).

lego germany

Germany Follows Cameron’s Lead In Treating EU Workers As Foreigners

Post originally published on, 5 May 2016

Ideas spread fast, bad ideas spread faster. Over the last few months, the European Commission has tried to give new impulse towards achieving a ‘Social Triple A’ rating. At the beginning of March, Employment and Social Affairs Commissioner Marianne Thyssen launched a social package comprising an outline of the European Pillar of Social Rights and some ideas to facilitate labour mobility. Continue reading

After the Brussels Attack: Time to Build Transboundary Crisis Management Capacity

by Arjen Boin, Mark Rhinard and Magnus Ekengren

The recent terrorist attacks in Paris and Brussels, in combination with the ongoing refugee crisis, demonstrate to many the risks of increased integration and open borders. In response, the borders are closing and the walls are coming up. The European road towards integration is running into roadblocks.

It is a scenario that EU-skeptics envisioned when the European Union began to speed up its march towards integration in the 1990s. Scholars and skeptics warned that the rise of integration would create new risks: transboundary threats that do not fall neatly within the geographic borders of a country, or politely confine themselves to a well-marked policy sector. Continue reading